Qui "prend" qui ?

Publié le par Liane

"Prendre" son pied ! ? ! Comme quoi il y a des "prises de tête" agréables...

En français, il parait qu'un homme "prend" une femme... Il parait.

Continuons un peu ces pensées sur les hommes et les femmes... Le masculin et le féminin... Yang et yin... C'est bien beau de dire qu'on a les deux en nous... Yang actif, yin passif, force centripète ou centrifuge, intérieur, extérieur... Un cycle donner et recevoir est de toute façon une roue qui tourne, comme le symbole du tao, qui est avant tout un cercle.

Je suis souvent turlupinée par des questions de vocabulaire, mais ô combien est-il révélateur !

Alors, prendre, est-ce actif ? L'homme veut être actif ? C'est lui qui décide, qui prend, qui se sert ? Que veut dire prendre ?

Vous ne trouvez pas que la femme prend l'homme ? Vous ne trouvez pas que l'homme donne ?

Au quotidien, j'utilise ma main pour prendre. Quand je prends, j'entoure. Je prends aussi ce que je mets en moi. Je prends ce qu'on me donne, si j'en veux. Je prends ce qui m'est offert. Je l'accueille aussi.

Un homme ne peut-il pas se donner ? Est-ce seulement la femme qui se donne ? Physiquement, je trouve que la femme prend l'homme. Est-ce si bouleversant pour lui d'avoir une part de passivité ? Le désir de l'homme est bouleversant d'énergie et de fougue, d'autant plus s'il est accompagné d'un (aban)don de soi.

L'initiative de prendre est alors donnée à la femme.

Publié dans Hommes et femmes

Commenter cet article

Diego 15/06/2014 21:18


Ma chère Liane,


 


Je comprends la réaction de Reynald, j'aurais eu la même... Cela dit, je comprends aussi que le tantrisme offre une manière d'agir qui dépasse les conventions, les idées reçues, brefs les
conditionnements et les tabous divers... N'est-ce pas la nature de l'animal de prendre la vie de la proie pour s'en nourrir ? C'est toute la beauté du tantrisme que de vivre un rapport à la vie
qui se nourrit du plus profond de notre nature pour atteindre ses plus hauts sommets... Et sans dommage pour personne.


C'est bien là l'effort à consentir pour s'abandonner à cette liberté... Cela n'est pas confortable (surtout pour un homme, qui n'est pas habitué ...) de se laisser prendre. Cela peut blesser.
Cela demande une grande attention, et pas seulement de la part de celui ou celle qui désire prendre, une grande maturité et un travail de guérison préalable. La totale liberté d'action exige une
totale fluidité de ses énergies et donc un total abandon au moment présent. La présence même du mental indique la présence d'une trace du passé, potentiellement génératrice de blessures non
guéries... 


Ce n'est pas donné à tous les hommes... En tout cas cela est donné à moins en moins d'hommes... Mais le travail est possible. Je suis en train de le faire. Pour qu'un jour je puisse librement
goûter à la liberté d'être 'pris' par une femme sans me faire de mal, dans un total abandon, comme un prélude, un jeu amoureux qui donne une beauté d'autant plus grande aux gestes d'offrandes et
d'accueil qui pourront prendre naissance. Prendre/abandonner, Recevoir/accueillir, ne sont que les faces d'une même pièce.

Georges 30/01/2011 19:44



 


La question soulevée dans le titre m'incite à parler de relations particulières: domination – soumission entre un homme et une femme. De nature non-conformiste, curieux et taoïste, je me suis
permis d'explorer ce type de relation. Elle est basée sur le respect, la sincérité, la confiance qui apporte la complicité des 2 et aussi de fixer les interdits et les limites des échanges. Cela
pour permettre de se connaître en profondeur, de lâcher prise de nos peurs (morales, tabous, interdits …) sans jugement, d'expérimenter le don de soi (physique, sexuel, cérébrale) en délégant à
l'autre le pouvoir de prendre et d'aller jusqu'à convaincre, contraindre ce lâcher prise. Chacun découvrant qui il est en profondeur via le rôle qu'il joue dans ces jeux et les plaisirs éprouvés.
Rôles qui se voient inversés chez les switch ce qui permet l'exploration des 2 facettes de chacun. Une démarche qui répond aussi à: « Connais toi toi même ». Et quand l'Amour et le
Spirituel y sont recherchés et vécus, l'Amour qui est donner et recevoir (savoir prendre, accepter le don de l'autre) rend les expériences plus intenses et enrichissantes, voir inconditionnelles
dans le respect de nos parts de Lumière et d'Ombre sans jugement évidement. Ici les 2 prennent et donnes dans la relation.


J'espère ne vous avoir pas "heurté". Bon cheminement.



reynald 01/03/2009 22:10

Chère Liane, voilà une jolie façon de redéfinir les rapports de couples (homme-femme n'est pas toujours la règle). Je cherche un mot plus adéquat que "prendre", qui a un côté prédateur.Il fut une époque, pas si lointaine, où LE conseil qui était donné à un jeune gars, c'était "Vas y, tant qu'elle crie pas au secours, çà veut dire oui". C'est peut-être pour çà que le verbe "prendre" coince...Autant je ne suis pas à l'aise dans ce rôle de "prendre" une personne (qu'un abus de langage dit) "du sexe faible", autant je n'ai pas envie d'être ravi (enlevé, volé) par elle; Préférant pouvoir être ravi (enchanté) d'être accueilli par la femme.En fait, plutôt que prendre et donner, ne pourrait-on accueillir et offrir.Une façon de poser les armes dans les rapports femmes-hommes...AmitiésReynald

Liane 02/03/2009 09:45


Et si prendre n'était pas que prédateur ? C'est aussi un mot du langage courant. Pourquoi se sentir volé en ne changeant que l'initiative...
Accueillir et offrir ne sont que d'autres mots pour dire la même chose, pourquoi est-ce la femme qui accueille...


Art Vandelay 27/02/2009 20:22

Très belle réflexion... encore une fois, tu montres les choses sous un angle différent...^^

Liane 27/02/2009 21:12


Un "angle" différent... Oui peut-être aussi !
Je suis en train de penser à une suite, je n'ai pas encore tout pu mettre en mots.