La femme est-elle juste recto et verso ?

Publié le par Liane



Je n'ai pas voulu titrer ce sujet de la façon la plus habituelle parce que, même si l'on n'y souscrit pas, le message continue son chemin *....

Ils en ont parlé aussi :
Janebella, Art Vandelay, Lilitociel. Jacques Ferber en parlera peut-être (sinon lisez son livre, ou Janebella qui en parle !)


En résumé du dilemme, la femme serait vue :
- d'un côté comme la vierge Marie, c'est à dire à la fois vierge et mère, sans vie sexuelle,
- et de l'autre comme son inverse, une femme sexuée, mais avec cette seule caractéristique. **

Bref, il manque un peu l'être humain là au milieu... Le recto ET le verso, c'est une médaille entière, une feuille entière, celle où écrire et créer une véritable histoire...

Jusque là...
J'avoue que je ne m'étais pas sentie concernée dans mes relations, mais il m'a suffit de vouloir en savoir plus, pour obtenir des réponses, en direct par les hommes.
Alors oui,
...il y a des hommes qui pensent à leur mère pour "se retenir" (réponse donnée y compris par un homme connu à la télé), ou qui rêvent encore de princesse tendre,
et oui,
...il y a des hommes qui aiment les jeux de domination, avec des mots créant de la distance, un ton autoritaire, ou donnant des ordres auxquels il ne faut pas répondre non. Tout cela certes avec respect, c'est à dire sans blesser l'autre, avec son assentiment donc, et avec la possibilité de stopper le jeu d'un mot, en conservant la maîtrise de soi. Pourquoi en avoir besoin pour mieux accéder à la sexualité ? (je ne juge pas que ce soit mal, ma question est vraiment pourquoi...)

Et ces deux hommes peuvent être le même.

J'aimerais bien savoir pourquoi il est est souvent ainsi... J'ai trouvé un début de réponse dans ce que j'ai déjà dit sur la fidélité : dans l'inconscient de notre société, transmis depuis des générations, l'homme veut savoir s'il est le père biologique de ses enfants, ce qui n'est pas autant une évidence que pour savoir qui est la mère !
Qui a dit qu'hommes et femmes étaient égaux ?
Voilà une belle inégalité.

Dans la pratique, rien de tel que d'avoir : 
...une épouse que l'on cache, qui ne peut être désirée,
...ou alors une épouse qui ne désire point.
C'est là qu'on a un hic, il faut quand même qu'elle désire son mari, au moins juste assez.... Aucune balance n'étant facile à équilibrer, et encore moins celle-ci, il suffit de peu pour que le mari se trouve :
...soit dans la situation de perdre l'exclusivité de sa femme,
...soit dans la situation de n'avoir plus que la mère de ses enfants à la maison.

D'autres pistes concernant notre besoin de faire ressortir notre nature malgré les freins du mental et du social ? Outre la domination verbale, elle peut passer par des jeux d'attache. La raison le plus souvent invoquée est la levée des inhibitions, grâce à la perte de responsabilité. En étant forcé, on échappe à la culpabilité. N'est-il pas possible de garder contact avec son énergie sexuelle et vitale, autrement que par un subterfuge pour contourner le mental ?

J'ai été élevée dans une famille catholique où l'on était sensés se marier vierge. Pour se libérer du poids culturel, faut-il passer par la négation de toute la tendresse attendue d'un prince charmant ? Faut-il tourner la pièce pour laisser tomber le recto et passer au verso ?

Non, il y a le tantra !

(et tout ceux qui vont dans ce sens sans le savoir, tout ceux qui évoluent petit à petit, mais qui un jour regardent derrière eux et auraient voulu évoluer plus vite pour en être là où ils en sont enfin...)

Les ** pour alléger le texte :
(* Par exemple dans une phrase, notre cerveau n'identifie pas vraiment une négation, mais le sens des mots ! Dites toujours "elle est belle", et non "elle est pas mal" !!)

(**On dirait que tout dans le monde matériel est régi par des aspects doubles, qui se mettent en balance : petit et grand, chaud et froid, jour et nuit... Il est vrai que rien n'existe sans son contraire, tout simplement parce qu'on ne le remarquerait pas, comme les étoiles en plein jour. Il est donc un peu logique que nous appliquions cette manière de voir à tout, y compris à nous !)

Publié dans Pensées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ppm 07/08/2008 21:54

Alice ==>aucune culpabilité en ce qui concerne les parties de jambes en l'air!La culpabilité n'empêche pas l'orgasme, pas plus que la non culpabilité ne le garantit.Mais pour revenir sur ce que disait Liane, je n'ai pas connu de femme croyante ... connaissant l'orgasme. Y compris ma régulière avec qui je suis marié depuis 10 ans, et avec laquelle nous élèvons deux enfants formidables nés à la maison dans le respect des corps (ceux des enfants, et celui de ma femme).

ppm 07/08/2008 21:49

Tout à fait d'accord.J'ai peur pour mes enfants, ils ont besoin d'images, d'information, sur comment onfait les bébés, ils appellent cela "s'amourer", c'est très joli.Mais je n'ai vraiment pas envie qu'ils tombent sur les films de merde omniprésents sur les chaines numériques ou la fellation après la sodomie semble la normalité, je trouve ça absolument dégueulasse.Un article militant bien sûr, comme moi, mais où il y a aussi un peu d'information politique : http://www.ecologielibidinale.org/fr/miel-porno-fr.htm

Liane 07/08/2008 19:58

@u mâle :Tout à fait vrai pour l'orgasme masculin, mais par contre, tant mieux si une femme yang rencontre un homme yin, mais je n'ai aucun eidée de ce que tu veux dire !@ alice :La religion peut bouffer la tête, elle vient de l'homme, mais pas Dieu ! Je préfère encore la version tantrique, qui fait le contraire de culpabiliser. ;-) Mais ne pas culpabiliser ne mène pas vers des remake de films pornos ! ça fou les boules de savoir que ce sont les seules images qu'ont les enfants pour savoir comment ça marche, puisqu'il n'y a rien d'autre, et qu'ils arrivent tous à en voir s'ils veulent. Et forcément ils pensent que c'est ça la sexualité.

Alice Lewis 07/08/2008 17:24

Ce doit être pour cette raison que je ne ressens aucune culpabilité en ce qui concerne les parties de jambes en l'air!Troisième génération de païens, l'oeil de Dieu ne me bouffe pas franchement la tête!

Le Mâle 07/08/2008 16:24







Je pense que peu d'hommes sont conscient qu'ils peuvent
avoir différent type d'orgasme, d'ailleurs par exemple on ne demande pas à un
homme si il est phallique ou prostatique et encore moins si il est multi
orgasmique.
 
Concernant le "harnacher les chevaux": c'est juste
mais aussi trop stéréotypé, un homme peut être très yin et une femme très yang





; Dans ce cas là ça ne se passe pas comme ça.