Conversations avec Dieu

Publié le par Liane à 2

Je me fiche de savoir avec qui l'auteur, Neale Donald Walsch a conversé ! C'est un livre qui expose de façon très simple des choses essentielles et dont il faut régulièrement se rappeler. Je le relis par morceaux et par périodes, et mon petit "j'ai lu" est souple, corné et souligné de partout !

Ce livre m'a appris à demander ce que je voulais dans ma vie, ou plutôt, m'a expliqué ce que je faisais déjà !

Je me promenais une fois en pensant au logement dont j'avais besoin, et j'ai accepté d'être dérangée par quelqu'un, un homme dont je ne connaissais pas les intentions, mais je choisissais la confiance en général, donc j'ai accepté la conversation. Et il avait la réponse, et surtout le nom et les coordonnées de ma solution ! Cela m'est arrivé tant de fois...
C'est ce qu'on appelle la foi, qui amène à "ne pas se soucier profondément du processus, mais se soucier profondément du résultat".
La foi, c'est aussi être reconnaissant à l'avance.

Ensuite ce livre est clair sur nos motivations : "chaque pensée humaine, et chaque action humaine, est fondée soit sur l'amour soit sur la peur".

Il met aussi l'accent sur l'expérience, et sur la notion de "qui tu es vraiment", et surtout de qui l'on veut être. "la vie n'est pas un processus de découverte, mais de création". La première étape de la création est le désir, puis la pensée, puis la parole, puis l'action.
De là on en arrive à la responsabilisation, bien sûr ! Et qui devrait remplacer les trop fréquentes culpabilisations et victimisations !

D'autres citations : "l'émotion est la force qui attire ... L'émotion est de l'énergie en mouvement ... Si tu n'aimes pas ce que tu viens de créer, choisis à nouveau ... "
"Depuis des siècles, on vous a dit que l'action animée par l'amour vient du choix de faire ce qui fait le plus grand bien à un autre ... Dieu te demande seulement de t'inclure toi-même parmi ceux que tu aimes".


"Traiter les autres avec amour ne veut pas dire laisser les autres faire tout ce qu'ils veulent.
Les parents l'apprennent rapidement avec les enfants. Les adultes ne l'apprennent pas aussi rapidement avec les autres adultes, ni les nations entre elles.
Mais il ne faut pas laisser prospérer les despotes : il faut stopper leur despotisme. L'amour de soi et l'amour du despote l'exigent".

Ce livre parle aussi beaucoup de relations humaines. Et c'est vrai que je le dis souvent ainsi, ce qui compte pour moi, ce n'est pas comment est l'autre, mais comment une relation me permet d'être ! J'essaye de ne pas réagir en fonction de qui est l'autre, mais de qui je suis. C'est ce que j'ai dit les textes sur le respect par exemple. Ce qui compte pour moi, c'est avant tout comment je réagis, ou comme il le dit, d'être à la hauteur de ses idées et non de celles des autres.

Et que pensez-vous de ça ?
"Dans une relation, tu n'as aucune obligation ; tu n'as que des occasions". Des occasions d'être qui on est, non seulement en pensée, mais dans nos actes.

Au sujet de la pensée, déjà le mental n'est pas condamné (une trop grande mode ça...) mais remis à sa place ! Il sert à choisir. On peut aussi choisir ce qu'on pense, mais si l'on veut changer de pensée sur certains points, il faut agir avant de penser !

Ça c'est quelque chose à quoi je crois beaucoup, c'est de choisir ses conditions et circonstances de vie, parce qu'elles vont agir sur nous. C'est aussi ce que je pense bon de faire pour les enfants : créer un certain cadre, même pour un après-midi, et les laisser faire, les laisser évoluer dans ce cadre. Si on a bien choisi, les actions génèrent pour tout un chacun d'arriver là où il veut aller en toute liberté. Il faut bien choisir leur école, leur colonie de vacances, et aussi son propre travail, l'endroit où l'on habite et avec qui !

Parce que tout ça permet d'être et de réaliser qui on est vraiment.

Publié dans Lectures

Commenter cet article

Chris 03/10/2008 12:39

OUlàlà oui qu'il est bien ^^oui c sur il est plus " prarlant" ques les 2 autres précédents... ceux -si étaent sasn doute des "redites" qui pouvaient etre utiles à d'autres personnes...Mais retour à Dieu montre et présente en fait la "Mort" - en fait il n'y a pas de mort, mais disons le moment où l'âme décide de quitter le corps définitivements.... Et de nombreuses révélations inconcevables y sont placé a propos de ce passage " de l'autre côté " ^^ c incroyable. même inimaginable et puis... certains peuvent ne pas y croire... pourtant moi je sais que j'ai tjrs su que c'était vrai au fond... mais n'en avais pas conscience ! C'est un dialogue super aussi :) ....ll faut juste bien comprendre la notion du "temps", que celui-ci est relatif, que "tout arrive ici et maintenant" dans l'absolu, etd onc pour l'âme... enfin voilà ^^ vraiment je te conseil ce livre ;) ... il pourrait te servir ! bisoux !

Chris 01/10/2008 20:15

Coucou ! oui je suis tout à fait d'accord avec toi ...jai lu, moi aussi, les 3 premiers livres de Conversations avec Dieu de neal donald walsh, ainsi que sa dernière conversation époustouflante, "Retour à Dieu"  ... en fait au moment où j'écris ces lignes je viens tout juste de finir il y a qlqs jours !! j'espère que tu vois plus clair désormais en toi, maintenant.Que tu applique ce que tu t'es rappellée ce que tu avais à te rappeller..

Liane 03/10/2008 04:50


Ha il est bien "retour à Dieu" ? J'avais moins apprécié les 2 suivants (pas assez trouvé de nouveau à lire)....


Liane à 2 22/08/2008 09:34

"Mais pratiquement comment peut-on, puisque c'est précisément de l'absence de l'objet souhaité que nous sommes envahis?" Voilà, mes 2 billets suivants sont sur ce sujet... Le premier, sur "le secret" parle de sentir ce qui est déjà là afin que cela arrive.Le deuxième parle de la sensation "ici et maintenant", et Monbricabrac dans un com, me demande justement si j'arrive à me défendre du manque...

olivier 20/08/2008 09:11

Bonjour Liane,Merci de votre jolie et rapide réponse. Votre billet sur "Conversations avec Dieu" datant du 29 juillet dernier, je  le qualifierais pas d'"ancien", quant à moi...Le premier point qui me préoccupe quant à la réalisation assurée des désirs, c'est l'idée-force (exprimée par N.D. Walsch comme ailleurs): "si vous sentez intensément que ce que vous demandez est déjà là, c'est gagné". Mais pratiquement comment peut-on, puisque c'est précisément de l'absence de l'objet souhaité que nous sommes envahis? Si vous avez un "moyen habile", comme disent les bouddhistes, je suis preneur.Cela vous convient-il pour lancer le débat?Bien à vous,Olivier

Liane 20/08/2008 15:35


Pour les "anciens" messages, je voulais dire que les commentaires étaient encore bienvenus aussi.

Je n'ai pas de "moyen" en particulier, et je ne fonctionne pas comme ça, au contraire. A chaque fois que j'étais sûre que quelque chose était "dans la poche", au contraire cela n'a pas eu lieu !
Donc je reste ouverte et conserve un point d'interrogation. Je formule mes "demandes", c'est à dire ce que je souhaite, mais jamais la forme que cela va prendre. Et je conserve une demande
intérieure permanente, qui est qu'il m'arrive le mieux pour moi, car on ne sait pas toujours quelle forme cela peut prendre...

Je vais faire un billet avec le lien vers le film "le secret", qui est basé sur cette partie du livre conversation avec Dieu, donc cela fera un meilleur point de départ de discussion... (et je vous
suggère une inscription à la news letter pour savoir quand il y a un nouvel article)


olivier cosma 19/08/2008 15:00

Bonjour Liane,Tout d'abord, bravo et merci pour votre blog, que j'ai consulté dans son ensemble. Il est d'excellente tenue d'abord par sa présentation: le premier respect que l'on doit à son lecteur sur Internet est de se relire et de ne laisser passer aucune coquille ou faute d'orthographe (et c'est si rare!). Et j'ai la satisfaction de voir aussi que vos correspondants vous rendent presque impeccablement cette politesse.Ensuite (et c'est encore bien plus important et rare) vous manifestez sur tous les sujets à la fois de grandes qualités de coeur et beaucoup de raison. Je ne l'illustre pas aujourd'hui, cela prendrait trop de temps, mais j'aurai bien l'occasion de le faire par la suite, sujet après sujet.Si j'entre en contact avec vous aujourd'hui par le biais de votre article sur "Conversations avec Dieu" c'est: 1) que j'attache une estime exceptionnelle à cette série de livres et 2) j'ai tenté d'approfondir personnellement la réflexion sur le sujet (capital) qui y est abordé, de "la réalisation de tous nos désirs, qui est à notre portée".Dites-moi s'il vous plairait d'échanger avec moi sur ce thème.  Bien amicalement à vous,Olivier

Liane 19/08/2008 22:08


Merci bien pour vos appréciations, et je répondrai donc avec le "vous" même si je suis une habituée du "tu" ! (en bonne anglophile...) Les fautes
d'orthographe me font mal aux yeux je n'y peux rien, mais j'en fais, et ai donc simplement recours au correcteur d'orthographe de Word pour m'aider !

Allier coeur et raison est réellement l'un de mes buts, bien vu...

Le coeur sans la raison ouvre la porte aux erreurs de bonne foi, et fini par se nuire à lui-même...

Quand à la raison sans coeur, elle n'est même plus raisonnable puisqu'on peut dire et justifier une chose autant que son contraire...

Il me plait d'échanger, et ceci sur tout sujet déjà abordé donc sur tout billet déjà posté même ancien.