Croyances d'une enfant sur le sexe dans les années 70...

Publié le par Liane

Ou ce que croyait Liane avant d'avoir son bac...

Et vous, vous croyiez quoi à cette époque ?

Comment vos parents vous ont-ils expliqué tout ça ?
"Dis, comment on fait les bébés ?"

Chez nous : avec un livre, cela a été simple, assez technique et rationnel, et vraiment orienté fabrication de bébé.

Le livre a été lu et relu, histoire de bien comprendre, et je croyais vraiment qu'il y avait tout dans le livre, tout ce qu'il fallait savoir. Ou presque. Du coup, le livre a été partagé avec les enfants du quartier, jusqu'à expérimenter le grand point d'interrogation : comment est-ce possible ?
Ben voui, on a essayé, première tentative à 10 ans, et rien à faire, ça ne marche pas !

Ce fameux livre m'a aussi réservé une surprise en cours de biologie au collège : je me souviens d'une diapo qui ressemblait bien à la grande photo couleur qui tenait sur les deux pages centrales de mon fameux livre : un homme sur une femme. Mais il y avait une erreur, les jambes n'étaient pas dans la même position ! Il m'a donc fallu y réfléchir pour arriver à en conclure quels points étaient essentiels ou pas dans l'histoire !

Alors, comment vit-on l'apparition du désir sexuel ?
Je me rappelle très bien ce que c'était, et d'ailleurs c'est important, car cela permet de savoir comment on est vraiment, y compris dans sa vie de femme dans le moment présent. Je m'en souviens depuis l'âge de 13 ans, et il était là presque tout le temps, d'autant plus que j'étais amoureuse. Il n'y a pas eu une seule période de mon adolescence où je n'ai pas été amoureuse.

Alors, que fait une jeune fille de son désir ?
En ce qui me concerne, jamais je n'avais entendu parler de masturbation du tout, ou alors très tardivement et uniquement en ce qui concerne les hommes. Donc je n'en ai jamais eu l'idée.

J'étais une rêveuse, donc je rêvais de tout un tas de contacts physiques. Le problème est que cela pouvait être fort, au point de ne pas pouvoir penser à autre chose. Ces moments vécus dans l'imagination finissaient toujours de la même façon, une union sexuelle extatique. Je ne peux pas l'appeler autrement, et c'était une image que j'ai retrouvée dans le tantrisme : assis en tailleur, l'un dans l'autre, la femme sur l'homme. Spontanément, je diffusais cette sensation dans tout mon corps, avant de pouvoir ressortir enfin de cet état second.

Il faut quand même que je vous donne une précision, car vous ne pouvez pas imaginer ça... Pas d'accès à la télé, donc pas de film, uniquement des images, et bien peu, donc je n'avais pas de notion de mouvement dans la sexualité ! Pour moi, la sensation était d'être l'un dans l'autre, et c'est tout...

...Ma vie d'ado s'est compliquée un été à 15 ans, car j'ai été amoureuse d'un autre. Et mon imagination s'est mise à me conter des histoires avec l'un ou avec l'autre.

...Et ma vie s'est compliquée encore plus pour mon année du bac, en étant une troisième fois amoureuse, mais cette fois-ci il avait 30 ans, marié.

Voilà une autre croyance que j'avais : les quelques films que mes parents m'avaient laissé voir (et ceux vus en cachette en convainquant la baby sitter !) m'avaient certainement laissé entendre que l'infidélité conjugale existait, mais je n'avais pas cru les films, bref, cela n'existait que dans les films, comme la science fiction...

Sinon... J'avais comme plus grosse croyance qu'il suffisait que les 2 personnes soient amoureuses pour que ça marche sans problème, donc j'attendais patiemment que ce ne soit plus que dans un seul sens.

Bilan d'adolescence :

- J'avais des croyances issues de méconnaissances (et vous, que croyiez vous à cette époque, et qui vous fait sourire maintenant ?)

- J'avais déjà une image assez claire de la diffusion de l'énergie sexuelle.

- J'ai eu mon bac avant d'avoir eu un petit copain.

Ouf, heureusement que j'avais un an d'avance pour passer le bac !  :-))

Et vous, vous croyiez quoi à cette époque ?

Publié dans Moi

Commenter cet article

Blanche 05/08/2008 07:19

Je crois que l'apprentissage ne peut se faire que si on est prêt à entrendre et à comprendre. On a beau donner des livres aux enfants, ou leur expliquer la technique, s'ils ne sont pas prêt, ça ne sert à rien, ou même pire, ça peut les dégoûter. Moi je croyais que le monsieur devait faire pipi dans la dame, et je trouvais ça très dégoutant.Mes parents étaient assez libérés (68) et se promenaient nus dans la maison le matin, moi j'ai souffert de cela quand j'étais au collège, et j'étais très/trop pudique en réaction.J'ai mis beaucoup de temps à apprendre et "sur le tas", je pense que j'ai encore beaucoup à apprendre.

Liane 05/08/2008 10:42



Plus qu'être prêt, j'ai l'impression qu'ils t'ont mal expliqué non ?

Et ils avaient beau être "à l'aise", pas assez pour que tu puisses demander, vérifier, dire ce qui te choquait... (Mais c'était sur tous les sujets ainsi, on est de la même génération. On n'avait
pas trop le droit d'interrompre les adultes ni de poser des questions.)

Je pense que pas mal de monde a souffert de la nudité des parents, pas tout le monde non plus, mais ce n'était pas le cas de mes parents (ceux de mon ex oui, et son problème c'était plus
l'influence sur ses canons de beauté, avec une mère de juste 20 ans de plus que lui et ressemblant à Brigitte Bardot)

Je pense que le plus dur, ce n'est pas tant la nudité des parents que la différence entre le monde familial et le monde extérieur. Le manque de cohérence rend difficile de se former
soi-même.



françoise 29/07/2008 19:27

J'ai découvert le désir avec l'émotion ressentie en regardant les boucles de cheveux d'un camarade de classe sur sa nuque, une émotion réellement sexuelle, sans doute la première reconnue et admise comme telle. Sinon, dans les croyances, un livre m'avait expliqué comment on fait les bébés, mais sans parler d'érection, si bien que je me demandais comment ce zizi tout mou ( j'avais vu celui de mon frère au repos) pouvait entrer... Heureusement, une copine m'a renseignée, et quand sa mère l'a su, quelle enguelade pour nous deux, traitées de "vicieuses" parce qu'on voulait comprendre... Avant mai 68, des mots comme enceinte, caresses, étreinte... étaient interdits dans la bouche des jeunes filles; Quant à clitoris, ça n'existait même pas.

Liane 29/07/2008 22:07


A quel âge ?
Donc comme moi, cette histoire de tout mou et comment ça peut marcher...
Pareil pour le mot clitoris, qui n'est apparu dans mon vocabulaire (on pronnonce le S à la fin, ou pas !!!) qu'après mon bac !
Mais il n'y avait aucun risque pour que j'en ai besoin pour comprendre l'intitulé d'un des examens n'est-ce pas...


Liane a2 27/07/2008 12:12

Merci ! J'espère que d'autres viendront donner leur point de vue, sur croyances et ressentis.
Je n'avais rien découvert d'agréable petite, mais on m'a déjà raconté des souvenirs qui vont dans le sens de celui de Lounna.

Je trouve dommage qu'il n'y ait que la pornographie comme exemple, et si déduire par soi-même est de toute façon la solution, au feeling, on peut parfois mettre du temps à découvrir certaines choses !

Cela laisse aussi une trop grande place aux déconvenues, et à un manque de respect involontaire, en faisant à l'autre ce qu'on aime soi-même.

Et si c'était pour ça qu'on accorde autant d'importance au respect ? Parce qu'on reçoit trop souvent de l'irrespect involontaire ?

lounna 24/07/2008 19:06

j'ai decouvert l'envie sans savoir ce que c'était a 7 ans (derriere le puit de l'arriere cour de l'ecole avec un de mes camarades)je sentais comme une douce chaleur, c'était terriblement agreable mais je ne savais pas du tout ce que c 'était donc un peu flippant en meme temps, ma mere a toujours répondu a mes questions sur comment faire un bébé, c'etait d'autant plus simple qu'elle allait etreenceinte de ma derniere soeur donc elle nous a tout expliquer (sauf les detail du comment papa fait pour mettre la graine ds maman^^).
Je ne connaissais pas la masturbation de façon théorique, elle s'est imposée a moi de façon naturelle et sans tabou.je dirais que je n'ai pas vraiment eu de "croyance" au niveau de la sexualité , j'ai l'impression de toujours avoir su plus ou moins comment ça devait se passer. bon avec l'age et l'experience, j'ai quand meme pofinée^^

Art Vandelay 24/07/2008 10:29

Au début, mes connaissances étaient scientifiques donc je savais comment on faisait les bébés sans pour autant le demander à mes parents...
Pour ce qui est de l'acte en lui-même, tout ce que je savais c'est que je devais mettre mon sexe dans la femme dans une zone au même niveau que le mien. J'ai pu voir à quoi ressemblait l'anatomie d'une femme grâce à la pornographie. Puis, j'ai eu une copine avec laquelle j'ai appris plus concretement où rentrer et où se situait le clitoris. L'amour que j'éprouvait pour elle à fait le reste pour m'améliorer.
En résumé, à part la pronographie, je n'avais aucun support d'apprentissage et j'ai tout déduit par moi-même...