Liane et ses croyances de maintenant 1

Publié le par Liane

J'ai quelques petits textes en réserve sur l'évolution de ce à quoi je crois ou ai pu croire... Le plus intéressant, c'est ce que l'on affine au niveau relationnel avec l'expérience, le vécu.

Nos croyances évoluent, alors quelles sont mes croyances de maintenant !? Je sais en tout cas que ce ne sont pas des vérités absolues mais juste mes croyances, ce qui me permet d'en changer tout autant que d'en discuter.

Pour moi, discuter consiste à se comprendre mutuellement, à se découvrir (l'autre et soi !), chacun pouvant conserver ses croyances tout en respectant celles de l'autre (en prenant le temps de visiter la croyance de l'autre). Par contre, il est vrai que ce qui peut me rendre triste, c'est de voir que des croyances ne sont non pas "fausses", mais qu'elles ont des conséquences nuisant à la personne... (vous me direz que c'est la même chose !)

Je crois, au niveau relationnel,  qu'il n'y a pas d'obligation, mais des occasions d'être qui on est, ou d'exprimer une partie de qui on est, ou bien d'essayer de nouvelles émotions pour voir comment on s'y sent (un peu comme essayer des vêtements). Si quelqu'un me fait réagir, c'est un miroir, et si je me sens en colère ou si j'ai envie de faire des reproches etc, c'est le signal de chercher pourquoi, chez moi et non chez l'autre ! (bon, c'est pas pour ça que je ne vais pas chercher chez l'autre aussi, c'est un peu instinctif...)

Je ne crois pas aux histoires de princes et de princesses.
Je crois que tomber amoureux existe mais tout le monde sait que cela ne dure pas, et que ceux qui se marient n'ont pas le but de divorcer.
Etre amoureux fait vivre de façon involontaire ce que l'on peut vivre de façon volontaire.
Etre amoureux, mis à part la science qui nous dit que cela sert à assurer le lien parental le temps que le bébé ait grandi, cela sert à apprendre à mobiliser cette énergie extraordinaire qui nous habite.
A condition d'apprendre...
Je dirais au moins une chose : penser qu'on n'était pas tombé amoureux de "la bonne personne" est une perte de sa propre responsabilité. (Ne tirez pas trop de conclusion sur mes opinions, c'est un sujet qui mérite plus que 10 lignes !)

Je trouve donc triste de vivre ses relations avec réserve, l'essentiel étant de voir et de révéler qui l'on est avant tout (et d'ailleurs cela ne s'applique pas qu'aux relations amoureuses).
Triste d'attendre que notre attitude et nos émotions soient tirées de nous par quelqu'un d'autre, au lieu de s'explorer soi-même et d'épanouir qui l'on est à chaque occasion d'être en relation avec quelqu'un, à quelque titre que ce soit.

Je crois que la sexualité est à vivre comme tout le reste de notre vie physique, mais à un niveau le plus élevé : accéder à notre énergie, que l'on peut qualifier de spirituelle, afin de vivre dans l'amour, pas en étant amoureux "grâce à" quelqu'un. Etre soi-même un émetteur d'amour. Je parle d'un amour sans forcément de destinataire particulier, l'amour qui nous fait plaisir à ressentir tout simplement. C'est un bonheur qu'on génère.

Et bon Dieu, qu'on arrête de réserver cette sensation à celui (celle) dont on est amoureux(se) et à ses enfants !
Qu'on arrête de refuser l'amour de ceux qui ne sont pas amoureux, ou de ceux dont on n'est pas amoureux !
Pourquoi couper le courant qui passe, par peur ? Un peu de courage et de spontanéité...

D'ailleurs, faut pas vous étonner, je parle aux hommes, que certaines femmes vous délaissent pour diriger leur amour sur leurs enfants, s'il l'a été sur vous. Cela peut vouloir dire que c'était un amour tiré par son destinataire, et là, il y a un destinataire plus fort que vous...

Publié dans Moi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Art Vandelay 12/07/2008 20:19

Tout à fait d'accord avec shin haiah, les croyances ne servent qu'à cacher la vérité.
Le mariage ne sert plus à grand chose à notre époque, limiteun peu désuet et réservé aux riches.
Quant à l'amour, il me semble qu'il n'a jamais été aussi difficile à vivre ...

Liane 13/07/2008 21:44


Tu ne penses pas qu'elles soient aussi "notre" vérité ? Et justement, c'est un facteur de respect, parce qu'on peut laisser aux autres leurs vérités tout en gardant les nôtres.

On développe des croyances qui nous sont utiles pour équilibrer ce qu'on vit, simplement, le vrai hic, c'est qu'on croit encore à des choses qui nous ont été utiles à une époque, mais qui ne le
sont plus ! Voire même qui nous sont néfastes maintenant, grrrr.

Vous ne trouvez pas que le fond du problème, c'est comment changer de croyances quand elles ne nous vont plus ? (je suis très vêtement ;-) )


shin haiah 12/07/2008 17:31

Si seulement on pouvait se passer des "croyances"....

Liane 13/07/2008 21:41


Moi je trouve que ce serait une cata, toute nos conceptions ne sont que des croyances, et c'est bien comme ça, comme on dit "tout est relatif".
Mais si seulement on pouvait mieux les comprendre et en changer plus facilement quand cela nous est utile...


Lyne Achevez 12/07/2008 14:04

Si quelqu'un me fait réagir, c'est un miroir, et si je me sens en colère ou si j'ai envie de faire des reproches etc, c'est le signal de chercher pourquoi, chez moi et non chez l'autre !

C'est vrai, tu as raison et trop de fois je me mets en colère et je regreete après. Je ne sais pas comment me débarasser de cela. Comment as tu fait?

Liane 13/07/2008 21:39


Surtout ne pas s'en débarrasser ! La colère est une émotion, à vivre comme telle. La colère est un signal qui nous permet de sentir des blessures, exactement comme la douleur nous fait réagir pour
se protéger.
Tu ne veux perdre cette sensibilité !
Donc, qu'est-ce que je fais ? Je cherche qu'est-ce qui me fait mal, j'essaye de le dire, j'essaye de comprendre.
Si tu as une écharde minuscule, tu vas être obligée de te faire mal pour la chercher et la localiser ainsi. Bon, voilà à quoi sert la colère aussi.
Par contre, j'essaye de ne pas répondre en disant des phrases assassines avec "tu", mais de dire ce que je ressens avec "je".
Parce que si l'on touche l'autre, il va se mettre en colère aussi.


Art Vandelay 11/07/2008 16:14

Il est vrai qu'il y a beaucoup de gens qui se mettent en couple de nos jours uniquement par peur d'être seul. mais là, cela n'a rien à voir avec le mariage. En revanche, parmi ceux là, il y en a beaucoup qui croient que une fois mariés, ils auront la personne acquise...

Liane 11/07/2008 22:18


C'est bien connu, le divorce c'est pour les autres !
Et si on le dit à l'inverse ? Une personne qui refuserait de se marier est une personne qui n'est pas engagée et donc pas fiable.


LeMéchantMax 11/07/2008 08:47

Merci de cette précision, que je rejoins d'ailleurs.
Seulement c'est a chacun d'aller en avant, de dépasser les fameux tours des hormones et autre éléments psychique. Je trouve que de dire que c'est pas nous mais notre psychique ou nos hormones ou autres est parfois une fausse excuse, il faut savoir prendre un recul nécessaire et réfléchir suffisamment, ce que peu de personnes font.

Liane 11/07/2008 14:03


Merci de l'échange max ! Plus que fausse excuse, je pense tout simplement qu'il y a des choses qu'on ne sait pas, dont on n'a pas connaissance. En fait, combien de choses aurait-on fait
différemment si on avait su ! Et puis quand on sait et que cela casse un mythe (les princes et les princesses...), ce n'est pas facile de s'y faire, et puis il y a la différence entre ce que notre
tête sait, et notre coeur, et notre corps !
En fait, il semblerait que, une fois qu'on aime volontairement, on ne peut plus tomber amoureux de façon inconsidérée... (j'voudrais pas trop faire de pub au livre les 10 plus gros mensonges sur
l'amour, et puis il y en a peut-être d'autres qui expliquent aussi le fonctionnement hormonal et le but de préservation de l'espèce auquel on n'échappe pas.... Dures lois de la nature ! L'essentiel
est ce que nous apprend le fait d'être amoureux !