Pourquoi connaître la nature, et l’autre...

Publié le par lyanne

A quoi ça sert de connaître la nature alors qu’il suffit de l’aimer et de se sentir bien ? Je crois que je ferais la même réponse si tu me posais la même question à propos d’une personne proche…

On aime mieux ce qu’on connaît bien. Lorsqu’on ne connaît pas, on projette ce qu’on imagine, et on ne respecte pas vraiment.

Au niveau émotionnel, je trouve important de voir des arbres près de l'eau et de se dire, les aulnes AIMENT l'eau, car on se sent plus en harmonie avec ceux dont on connaît les goûts. La nature et ses être vivants deviennent du coup plus vivants.
Je connais le nom que nous donnons à bien des plantes, et si je vois des plantes que je connais, je me sens plus intégrée dans la nature, chez moi comme dans une maison connue.
J’aime aussi savoir si une plante est annuelle ou vivace, si elle a des propriétés médicinales, si elle se mange ou si elle est toxique… Je crois que j’en tire aussi un sentiment de liberté.

J’avais lu au sujet d'une tribu indienne, que sa langue ne connaissait pas le mot insecte !! Impossible ! Je me suis longtemps demandée pourquoi, jusqu'à ce que je comprenne que chaque variété d'insecte devait avoir un nom, donc pas besoin d'un mot général, mot réservé aux étrangers de nature !

Je me suis aussi rendu compte que je voyais certaines plantes à partir du moment où je les avais identifiées ! Cela m’est arrivé en découvrant celle qu’on appelle « l’aspirine du pauvre ». Le jour même, je me rendis compte que certains fossés vers chez moi étaient remplis de reine des prés ! Je n’avais pas vraiment  « vu » ses panaches blancs avant !

Publié dans Quotidien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article